Tennis de table

  • Où pratiquer ?

    Drôme (26)

    Foyer Rural d’Allan
    85 Allée du Foyer Rural
    26780 Allan
    Mail : foyer.allan@wanadoo.fr
    Tel : 04 75 90 51 98
    Site internet

    Club Omnisports les Blaireaux Peyrusiens
    Les parentese grand rue
    26120 Peyrus
    Mail : blaireaux.peyrus@gmail.com
    Tel : 04 75 84 01 92 / 06 43 94 99 13

    Haute-Loire (43)

    Tennis de Table Saint-Paulien
    Lotissement Le Grand Lac, 20 impasse des Pommiers
    43350 Saint-Paulien
    Mail : christophe.gouttard@gmail.com
    Tel : 06 64 97 53 09

    Rhône (69)

    CATT Tennis de Table Civrieux-d’Azergues
    Route de Marcilly
    69380 Civrieux-d’Azergues
    Mail : christophe.gouttard@gmail.com
    Tel : 06 64 97 53 09

  • L'activité

    Qu'est ce que le Tennis de Table ?

    Le tennis de table, aussi appelé « ping-pong », est un sport de raquette opposant deux ou quatre joueurs autour d’une table.

    Le tennis de table est une activité de loisir, mais c’est également un sport olympique depuis 1988.

    Un peu d'histoire ...

    Le tennis de table trouve ses origines dans l’Angleterre de la fin du xixe siècle.

    L’histoire la plus répandue sur la création du tennis de table est qu’au cours d’un dîner, des notables de la société victorienne discutant de tennis ont voulu montrer quelques schémas de jeu sur la table. Ils se sont alors servis d’un bouchon de champagne en guise de balle, des boites de cigare pour les raquettes et des livres pour le filet.

    Les principes du jeu

    Le tennis de table se joue sur une table séparée au milieu par un filet.
    Chaque joueur est équipé d’une raquette.

    Le but de chaque joueur est de renvoyer la balle avec sa raquette sur la moitié adverse de la table afin de gagner la partie.

    Déroulement d’une partie

    Avant la partie

    Avant de débuter la partie, les 2 joueurs commencent par une période d’adaptation de 2 minutes maximum.

    Cette période est faite d’échanges libres, sans comptage de points pour permettre aux deux adversaires de prendre en compte tous les paramètres comme l’éclairage ou le rebond de la balle sur la table.

    Cette période permet aussi de commencer à « tester » l’adversaire pour commencer à envisager ses forces et faiblesses

    Nombre de manches

    Une partie de tennis de table se déroule généralement en trois ou quatre manches gagnantes (dit parfois improprement un « set »).
    Chaque manche est composée d’une série d’échanges.

    Un échange débute par une mise en jeu, aussi appelé « service » et se clôt lorsqu’un joueur marque le point.

    Une manche est gagnée par le premier joueur qui marque 11 points, avec au moins 2 points d’avance sur son adversaire (Exemple : 11-9, 11-3 etc.).

    Dans le cas ou un joueur n’a qu’un point d’avance, la manche continue jusqu’à qu’il y ai 2 points d’écarts. (Exemple : 12-10, 15-13 etc.)

    Le premier joueur qui a gagné le nombre de manches requises est déclaré vainqueur de la partie. Dans le cas de 3 manches gagnantes, les joueurs peuvent donc jouer jusqu’à 5 manches.

    Pour quatre manches gagnantes, ils peuvent avoir à jouer jusqu’à sept manches.

    Distribution du service

    Le premier joueur à servir est déterminé par tirage au sort.

    Au cours d’une manche, les adversaires alternent une série de deux services chacun tant que le score de 10-10 n’est pas atteint. Au-delà, l’alternance se fait à chaque échange.

    À la fin de chaque manche, les joueurs changent de côté, et le premier service de la manche est donné à celui qui n’a pas fait le premier service de la manche précédente. En conséquence, tout au long d’une partie, le premier service d’une manche est toujours du même côté de la table.

    La « belle »

    Quand les joueurs sont à égalité avant d’avoir atteint le nombre de manches gagnantes (par exemple dans un jeu en trois manches gagnantes, chacun a gagné 2 manches), la dernière manche va servir à désigner le vainqueur.

    C’est pourquoi on l’appelle couramment la « belle ».

    Elle possède une règle particulière : les joueurs changent de côté de table dès que le premier d’entre eux a gagné 5 points. Après ce changement, la partie continue normalement.

    Règle d’accélération

    Si une manche dure plus de dix minutes de jeu effectif et qu’un total de 18 points ou plus (c’est-à-dire qu’à 9-9 ou 10-8) n’a pas été marqués alors on applique la règle suivante : chacun sert alors à son tour, et le relanceur gagne le point s’il remet treize fois de manière régulière la balle sur la table.

    Cette règle limite de facto la durée d’un échange en favorisant la prise de risque.

    Marquer un point

    Un point est marqué par un joueur, si son adversaire :

    • Ne renvoie pas la balle,
    • Laisse rebondir la balle plus d’une fois sur sa demi-table,
    • Empêche la balle de rebondir sur sa propre demi-table (obstruction)
    • Renvoie la balle qui touche un obstacle avant de toucher la demi-table adverse (sauf les poteaux du filet)
    • Renvoie la balle autrement qu’avec la raquette ou la main qui tient la raquette.

    Ou dans les autres cas plus rares suivants:

    • L’adversaire touche la surface de la table avec la main qui ne tient pas la raquette,
    • L’adversaire fait bouger la table pendant le point,
    • L’adversaire touche le filet,
    • La raquette de l’adversaire touche la balle plus d’une fois de manière intentionnelle,
    • La balle est remise avec une raquette que l’adversaire ne tenait plus en main,
    • L’arbitre juge que le service n’est pas régulier

    Les cas suivant ne sont pas des fautes :

    • Un joueur, qu’il soit droitier ou gaucher, peut passer la raquette à son autre main en cours de jeu.
    • En cas d’effet « rétro » de la part d’un joueur, la balle revenant sur sa partie de table sans encore la toucher, son adversaire peut dépasser le filet et frapper la balle pour marquer le point. Il est interdit de lui faire obstruction dans ce cas.
    • La balle peut aussi contourner le filet sur les cotés ou même en dessous sur les cotés.
    • Dans le cas où la balle est rattrapée en dehors de la table alors qu’elle n’avait pas touché celle-ci, le point est perdu par le joueur qui a envoyé la balle hors de la table.

    Variante: Le Hardbat

    Il existe une discipline, le « hardbat », qui ressemble au tennis de table des années 1940 : seuls les revêtements à picots courts sans mousse sont autorisés, comme à l’époque de « l’Âge d’Or » (Golden Era) des années 1930-1940, avant l’apparition de la mousse dans les années 1950.

    Qui peut pratiquer et où ?

    Le tennis de table se pratique dès l’âge de 4 ans et est accessible à tous : femmes, hommes, séniors, enfants, adultes…

    C’est une activité très pratiquée en milieu rural. Elle se pratique en loisir et la FNSMR propose également des compétitions loisirs.

    Depuis 1984, la FNSMR a mis en place un Critérium national de Tennis de table qui permet aux milliers d’adhérents de pratiquer cette discipline en compétition loisir. Des phases qualificatives départementales, interdépartementales, voire interrégionales permettent d’accéder à la grande finale nationale qui se déroule chaque année à la Pentecôte.

    La réglementation et le format même de la compétition ont été adaptés aux spécificités du milieu rural et aux valeurs que la FNSMR entend promouvoir.

    C’est ainsi que la compétition est limitée aux adhérents ne dépassant pas un certain classement en FFTT ou FNSMR et qu’une catégorie « hardbat » a été créée.

    Comme pour les autres critériums nationaux, toutes les catégories participent à la même journée compétitive qui se veut d’abord une grande fête du sport en milieu rural.

    Le critérium national représente une approche conviviale de la compétition véritablement accessible à tous.

    Elle permet à ceux qui recherchent la performance et le résultat de s’orienter vers les clubs de la Fédération Française de Tennis de Table.

    Pour plus d’informations sur le critérium de tennis de table, cliquez sur ce lien.